Get Adobe Flash player

UN BREF APERÇU

La Caritas Rwanda a été créée en 1960. Contenu par les Évêques Catholiques du Rwanda. Elle a été officiellement reconnue comme une organisation sans but lucratif par l’arrêté ministériel n° 499/08 en 1962, et est devenue une Organisation non gouvernementale conformément à la loi no 06/2012 du 17/02/2012 déterminant la gestion et la gouvernance des institutions basées sur les religions au Rwanda. Depuis 1965, Caritas Rwanda a été intégrée dans une organisation étendue, Caritas Internationalis, qui est une confédération internationale de toutes les Caritas du monde.  Actuellement, la Caritas Rwanda œuvre dans tout le pays à travers les Caritas diocésaines, Caritas paroissiales, Caritas des Centrales et les Caritas des Communautés Ecclésiales de Base.

Mission de la Caritas Rwanda

La Caritas Rwanda vise à créer une communauté de personnes qui respectent la dignité humaine dans laquelle chaque être humain a été créé, la dignité privée par la discrimination, l'extrême pauvreté, les maladies et l'injustice. La Caritas aide les personnes vulnérables à travers ses œuvres socio-caritatives, les initiatives dans les domaines de santé et de développement. Toutes ces activités sont basées sur la charité.

Valeurs de la Caritas Rwanda  

Dignité des êtres humains;

Solidarité

Service

Subsidiarité et partenariat

Compassion

Espérance

Egalité

Intendance

Objectifs-clés de la Caritas Rwanda

Fournir un soin particulier aux personnes vulnérables sans distinction aucune;

Construire un être humain bien complet ;

Soutenir les contributions des bénéficiaires ;

Promouvoir le partenariat;

Assurer un bon service;

Développer les activités durables.

A BRIEF OVERVIEW

Rwanda was established in 1960 by Catholic Bishops of Rwanda. It was officially recognized as a non-profit organization by the ministerial order nr 499/08 in 1962, and became a non-governmental organization according to the law no 06/2012 of 17/02/2012 governing the management and governance of religion-based institutions in Rwanda. Since 1965, Caritas Rwanda was integrated in an extended Caritas Organization known as, Caritas Internationalis, which is an international confederation of all Caritas organizations in the world. At the moment Caritas Rwanda is operating countrywide through Diocesan Caritas, Parish Caritas, sub-parish and Small Christian Communities’ Caritas.

Caritas Rwanda’s Vision and Mission

The Vision of Caritas Rwanda is to achieve a society that provides human dignity in which every human being was created; the dignity deprived by discrimination, extreme poverty, sickness and injustice. Caritas assist the vulnerable through its socio-welfare activities, health and development initiatives. All these activities are based on Charity.

Caritas Rwanda’s values:  

Human Dignity

Solidarity

Service

Subsidiarity and partnership

Compassion

Hope

Equity

Stewardship

Caritas Rwanda Key objectives

To provide a particular  care to the vulnerable without any discrimination;

To achieve an integral human being ;

To support beneficiaries ‘contribution ;

To promote partnership;

To ensure quality service;

To promote sustainable activities.

 

 

Partenaires

Video

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 1

 

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 2

 

Guca Burundu Inzara mu Bugesera 3

 

Clôture de la réunion à Kigali de la Commission Régionale Africaine: interview du Secrétaire Exécutif Régional de Caritas Africa

La Commission Régionale Africaine de Caritas Africa s’est réunie du 23 au 25 octobre 2018 à Kigali au Rwanda sous la présidence de Mgr Gabriel Yaw Anokye, Archevêque de Kumasi au Ghana et Président de Caritas Africa. Cette réunion s’est essentiellement penchée sur les rapports d’activités du Président regional, du Secrétariat Exécutif Régional et des coordinateurs des Caritas des 6 zones de la l’Eglise Catholique en Afrique, notamment la Zone ACEAC (Association des Conférences Episcopales de l’Afrique Centrale) qui regroupe le Rwanda, le Burundi et la RD Congo; la Zone ACERAC (Association des Conférences Episcopales Régionales de l’Afrique Centrale) qui regroupe le Cameroun, le Congo, la Guinée Equatoriale, le Gabon, la République Centrafricaine et le Tchad; la Zone AMECEA (Association of Member Episcopal Conferences of Eastern Africa) qui regroupe l’Erythrée, l’Ethiopie, le Kenya, le Malawi, le Soudan, le Sud-Soudan, la Tanzanie, l’Uganda et la Zambie;

la Zone CEDOI-M (Conférences Episcopales des Iles dei l'Océan Indien et de Madagascar) qui regroupe les Comores, l’Ile Maurice, Madagascar et les Seychelles; la Zone CERAO (Conférence Episcopale Régionale d’Afrique de l’Ouest) qui regroupe le Bénin, le Burkina Faso, Côte-d’Ivoire, Ghana, Cabo Verde, Guinea Bissau, Guinée, Gambia, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo; et la Zone IMBISA (Inter-Regional Meeting of Bishops of Southern Africa) qui regroupe l’Angola, le Botswana, Lesotho, Mozambique, Namibia, Sao Tomé & Principe, eSwatini (ex-Swaziland), South Africa, et Zimbabwe. La Commission Régionale s’est aussi attelée aux préparatifs de la prochaine Conférence Régionale de Caritas Africa et ceux de l’Assemblée Générale de Caritas Internationalis qui, toutes les deux, se tiendront à Rome au courant de l’année prochaine.

En clôturant les travaux de la Commission Régionale, Mgr Gabriel Yaw Anokye a rendu grâce à Dieu et remercié le gouvernement du Rwanda, l’Eglise qui est au Rwanda, la Caritas Rwanda et le peuple rwandais pour avoir a accordé leur hospitalité à cette rencontre. Faisant allusion à l’encyclique “Deus Caritas est” (Dieu est Amour) du Pape Benoît XVI, Mgr Gabriel Yaw Anokye a affirmé que “Deus Caritas Africa est”, soulignant en substance que Caritas Africa était “une oeuvre de Dieu et, par conséquent, appartient à Dieu”.

Au terme de leurs travaux, les participants à la réunion ont effectué une visite au siège de la Caritas Rwanda où ils ont été reçus par le Secrétaire Général, l’Abbé Jean Marie Vianney Twagirayezu, et ses proches collaborateurs, avant de se rendre au Mémorial du Génocide perpétré contre les Tutsi situé dans la ville de Kigali. Auparavant, M. Albert Mashika, Secrétaire Exécutif de Caritas Africa, nous a accordé, dans le jardin du Centre San José Carmelo qui a abrité la réunion, l’interview suivante:

M. Albert MASHIKA, vous venez de clôturer trois jours de travaux de la Commission Régionale de Caritas Africa. Est-ce que nous pouvons savoir, brièvement, ce qui a été fait, le travail qui a été abattu au cours de ces trois jours ici à Kigali?

Albert Mashika : D’abord, il faut rappeler que Caritas Africa est l’une des 7 régions de la Confédération Caritas Internationalis et qu’elle est composée de 46 Organisations Membres appelées Caritas nationales se trouvant dans les pays de la partie du continent au Sud du Sahara, incluant les îles de l’Océan Indien et celles de l’OcéanAtlantique. Et la Commission Régionale est l’organe de gouvernance  de Caritas Africa composé de l’Evêque-président de Caritas Africa, des représentants de chacune des 6 zones que nous avons dans la Région Afrique, d’un représentant du Secrétariat Général de Caritas Internationalis, en l’occurrence l’Assistant ecclésiastique qui est aussi Représentant de Caritas Africa au sein des structures du Secrétariat Général de Caritas Internationalis. Mais, à cette réunion participent également quelques invités de Caritas Africa: c’est le cas des représentants de la Commission financière et de la Commission des Affaires juridiques de Caritas Internationalis. Evidemment, le Secrétaire Exécutif de Caritas Africa y participe également, mais sans voix délibérative.

L’occasion qui nous a réunis ici à Kigali s’inscrit dans le registre  des réunions statutaires de la CRA qui se tient deux fois par an. C’était donc la 2ème réunion de l’année et, à cette occasion, les membres de la Commission reçoivent le rapport  de l’Evêque-président de la Caritas Africa et donc de la Commission régionale et examinent les rapports d’activités présentés par le Secrétaire Exécutif Régional concernant la mise en œuvre du Plan de travail et le budget annuels du Secrétariat exécutif régional ainsi que les rapports d’activités des Coordonnateurs des six Zones de la Région

Le deuxième moment fort de cette rencontre a concerné les réflexions qui ont été menées sur la prochaine Conférence régionale de Caritas Africa qui est le moment où toutes les Caritas nationales d’Afrique se retrouvent en assemblée régionale qui se tient une fois tous les quatre ans pour évaluer les réalisations de la mandature quadriennale.  La dernière réunion a eu lieu à Rome au mois de mai 2015 et la prochaine aura lieu au mois de mai 2019, toujours à Rome en amont de l’Assemblée générale de Caritas Internationalis. Le thème de cette Conférence sera “Afrique, terre d’espérances”.  En effet, qu’on le veuille ou non, l’Afrique reste le continent qui détient beaucoup de richesses naturelles et des richesses en ressources humaines. Plus de la moitié de la population africaine est constituée des jeunes. Cela représente un potentiel important que l’Afrique devrait mettre à contribution pour son propre développement.

Lors de cette conférence, les membres auront l’occasion de valider les orientations pour la période suivante, c’est-à-dire 2019-2023 et de partager des réflexions sur l’avenir du Continent. C’est pourquoi, depuis le début de cette année, le Secrétariat Exécutif Régional a amorcé, sous l’œil vigilant de la Commission Régionale, le processus d’actualisation du cadre stratégique de Caritas Africa pour 2019-2023. Le cadre stratégique actuel 2015-2019 est composé de six orientations stratégiques, tandis que le prochain se  concentrera  sur trois orientations, à savoir:

  • la construction d’un réseau fort de la Caritas en Afrique qui met en avant-plan l’identité ecclésiale de la Caritas et qui travaille de manière professionnelle;
  • la préparation et la réponse aux urgences, car l’Afrique fait régulièrement face à des situations de crise: une orientation se focalise sur le renforcement des capacités d’intervention de la Caritas, y compris le renforcement du Fonds de Solidarité de Caritas qui est un outil dont dispose Caritas Africa pour venir en aide aux organisations membres qui font face à des situations de crise;
  • l’engagement de Caritas dans le suivi des politiques publiques: actuellement on parle de l’agenda 2030 qui est un ensemble des 17 objectifs de développement durable (ODD), et de l’agenda 2063 de l’Union Africaine pour le développement de l’Afrique. Il faudra voir comment les Caritas d’Afrique peuvent s’engager davantage dans la mise en œuvre des de chacun de ces documents, mais aussi dans le suivi de leur mise en œuvre pour que les politiques qui vont être développées mettent en avant-plan les populations les plus pauvres.

Dans ce cadre-là, la Commission Régionale a mis sur pied des comités pour pouvoir accompagner les réflexions et les préparatifs y relatifs.

Les membres de la Commission Régionale ont aussi abordé la question des Statuts de Caritas Africa qui ont été actualisés et qui ont été reconnus par le Comité Permanent du Symposium des Conférences Episcopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM) à Kampala en juillet 2018 et qui consacrent la collaboration entre Caritas Africa et le SCEAM. Ces Statuts-là ont été envoyés à Rome en vue d’être reconnus par le Dicastère de référence, à savoir le Dicastère pour le Service du Développement Humain Intégral. Entretemps, sur le terrain, il faudra que le Secrétariat Exécutif Régional accélère la question de son enregistrement sous son appellation de “Caritas Africa” dans le pays où se trouve actuellement son Secrétariat Exécutif régional, tout en ayant à l’esprit le fait que nous avons un sous-bureau à Nairobi. Il faudra donc procéder à l’actualisation des  documents qui régissent Caritas Africa et ses relations avec les les Gouvernements des pays concernés, à savoir Lomé au Togo où se trouve le bureau principal et Nairobi au Kenya où se trouve le bureau secondaire.

On voit que vous avez de grandes ambitions et nous souhaitons qu’elles puissent aboutir. Mais, pour le moment nous constatons que, lorsqu’il y a une urgence dans un pays d’Afrique, les Caritas d’Afrique brillent par l’absence de leur solidarité. Pourquoi cette situation?

A.M : Il vous souviendra que c’est ici à Kigali en 2016, lorsque nous avons organisé une rencontre conjointe du groupes de référence de Caritas Africa sur le développement institutionnel et le renforcement des capacités des Caritas et l’équipe humanitaire, que Son Excellence Mgr Anaclet Mwumvaneza, dans son allocution d’ouverture, a rappelé aux délégués des Caritas qui étaient présents, qu’il n’était pas normal que, comme Africains, nous puissions laisser entièrement la responsabilité des questions relatives à lacharité aux seules Caritas du Nord. Les Caritas sœurs du Nord viennent nous appuyer en ce que nous faisons déjà, pour que, au niveau des Caritas d’Afrique, nous puissions développer des mécanismes qui nous permettent d’assumer nos responsabilités comme l’un des services  spécialiséde l’Eglise en matière d’organisation de la charité par rapport à toutes ces questions. Et nous, comme Bureau régional, notre travail consiste à animer les Organisations membres pour éveiller justement ce sentiment de solidarité et faire fonctionner effectivement les mécanismes de solidarité que nous avons en Afrique à travers, notamment, le Fonds de solidarité de Caritas Africa. L’année dernière, par exemple, et ce n’est qu’une illustration, la Sierra Leone a fait face à une situation de catastrophe naturelle (glissement de terrain et inondations, ayant entraîné des pertes en vies humaines et d’importants dégâts matériels. Caritas Africa a reçu un message de Caritas Sierra Leone avec des images terrifiantes, qui en appelait à la solidarité africaine. Nous avons fait circuler ce message au sein du réseau et nous avons reçu beaucoup de messages d’encouragement, mais aussi des contributions financières significatives de Caritas de la Région Afrique. Les Caritas d’Afrique ont exprimé de manière concrète leur solidarité à Caritas Sierra Leone en contribuant au Fonds de solidarité de Caritas Africa ou en envoyant directement  à Caritas Sierra Leone plus 30 000 dollars américains pour soutenir l’appel d’urgence qui avait été lancé par Caritas Sierra Leone.

Je sais par ailleurs que, cette année, il y a eu aussi quelques contributions des Caritas d’Afrique pour répondre à un appel de Caritas Madagascar qui fait face à une situation d’insécurité alimentaire due au changement climatique et à  la sécheresse qui a touché certains pays du Sahel, dans le cadre d’un appel d’urgence lancé par Caritas Niger.

Bref, nous continuons notre travail d’animation pour susciter la générosité et la solidarité des Caritas d’Afrique afin de se soutenir mutuellement. Mais le soutien ne doit pas concerner seulement les aspects financiers, il y a aussi les ressources humaines qui peuvent être mises à contribution. Par exemple, une Caritas qui fait face à une situation de crise peut solliciter ou peut compter sur d’autres Caritas d’Afrique pour envoyer des ressources humaines pour l’aider à gérer cette situation de crise. C’est sur toutes ces questions-là que nous travaillons comme Bureau régional.

Avec cette réunion de Kigali, nous avons constaté que vous avez adopté une série de résolutions. Voudriez-vous nous dire les domaines sur lesquels vous les avez focalisées ?

A.M : Le premier point concerne le nouveau cadre stratégique pour la période 2019-2023. La Commission Régionale a adopté ce nouveau cadre dans ses grandes lignes, elle a également approuvé la stratégie régionale de développement institutionnel et de renforcement des capacités ainsi que la Phase 3 du programme A2P DIRO qui va être transférée à Caritas Africa à partir de janvier 2019 sous le nom de programme APPROCHE (Accompagnement de Proximité Personnalisé pour le Renforcement Organisationnel et le Changement des Caritas en Afrique subsaharienne qui jusque-là concernait 14 Caritas africaines francophones et qui, dans sa nouvelle phase, va intégrer deux Caritas Anglophones et deux Caritas lusophones pour  lui conférer une véritable face régionale.

La deuxième décision qui a été prise concerne les préparatifs de l’assemblée régionale de Caritas Africa à Rome. Un comité a été mis sur pied pour pouvoir préparer soigneusement ce grand rendez-vous des Caritas d’Afrique prévu au mois de mai de l’année prochaine.

Une autre grande décision consiste à poursuivre tout ce qui doit être fait pour l’enregistrement de Caritas Africa en tant qu’entité autonome dénommée “Caritas Africa” dans le pays où se trouve actuellement son bureau régional, le Togo, et dans le pays où se trouve son bureau secondaire, notamment le Kenya.

Bien sûr, il y a aussi les questions financières : il faut continuer à mobiliser les membres pour payer leurs cotisations statutaires et pour contribuer au Fonds de solidarité, parce que sans ressources, on ne peut pas faire avancer toutes ces décisions et les mettre en application. Leur mise en application exige des ressources financières et des ressources humaines compétentes. C’est sur ces dimensions-là que le Secrétariat Exécutif Régional va s’employer au cours des quatre prochaines années.

Aloys MUNDERE

0
0
0
s2sdefault

Recherche

Sur Twitter

Sur Facebook